« Mais enfin, Père Ubu, quel roi tu fais, tu massacres tout le monde. » De la méchanceté ubuesque entre farce humaine et satire sociale